Valoriser le capital immatériel : POURQUOI ? COMMENT ?

By 14 septembre 2018Capital immatériel

Leader sur le marché du Social Knowledge Management, VEDALIS est une filiale du groupe BASSETTI qui propose des solutions logicielles, des prestations de diagnostic et de conseils pour accompagner les entreprises dans la gestion de leurs réseaux de connaissances. Sa mission : « Transformer les talents et les savoirs en avantages compétitifs durables ».

Pour plus d’1 dirigeant d’entreprise sur 2 (Source : baromètre DELOITTE), le facteur humain est le principal levier d’amélioration de la compétitivité. Et cette grande part, liée à l’humain, soulève les enjeux de faire se rencontrer, au mieux, tout le capital immatériel des collaborateurs. Au-delà des connaissances individuelles ou des pratiques organisationnelles, la structuration de ce capital immatériel permet :

  • La réduction des risques de « perte de mémoire organisationnelle », touchant les entreprises ayant un fort turn-over ;
  • L’amélioration de la productivité, considérant que les travailleurs du savoir passent quasiment la moitié de leurs temps à chercher l’information pertinente ;

 

« Si HP savait ce que HP sait, nous serions 3 fois plus productifs. » Lew Platt – HP Chief Executive

 

Alors, dans le but d’évaluer l’accès à l’information parmi les collaborateurs, il est important d’estimer le capital immatériel en dissociant les ressources humaines et les bonnes pratiques. Puis en cartographiant les « connaisseurs », il sera plus aisé d’assurer la traçabilité de l’information et partager sa diffusion.

C’est pourquoi VEDALIS propose ses logiciels et ses services d’accompagnement, afin de valoriser le capital connaissances des entreprises et créer de la valeur en améliorant la productivité grâce à la mise en place d’une méthode simple, dynamique et structuré.

À cette fin, venez découvrir notre webinar : « Valoriser le capital immatériel : Pourquoi et Comment ? » le Jeudi 20 Septembre 2018 à 11h :

https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSdS0Z7afrnW6kO1W2WM-eAjNSt0k4el6AWePZwO5G6Tru6Jhw/viewform

 

« Le premier capital de l’entreprise ne sera plus seulement sa technologie, ses machines ou ses procédures, mais ses collaborateurs avec leur capacité, individuelle et collective, à faire évoluer l’organisation et à mieux satisfaire les clients» Francis Mer – Président de la fondation Condorcet